idée-s

Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
idée-s
Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
publiées sur
https://www.idee-s.info


jeu

jeudi 15 mars 2007  -> Ecrire

prédire

…un appareil d’imagerie cérébrale a permis à une équipe de chercheurs allemands de déterminer les intentions d’un individu, tout du moins lorsqu’il s’apprête à réaliser une tâche simple.
Source :Réseau Canoë relatant des travaux du Dr John-Dylan Haynes de Berlin – 03-2007

jeudi 08 mars 2007  -> Ecrire

attitude

Le Comité consultatif national d’éthique a mis en garde, hier contre une attitude privilégiant la « performance et la rentabilité commerciale » des nanotechnologies réclamant « plus de science, plus de recherche, plus de questionnement » concernant notamment leur impact sur la santé et l’environnement.
Source: Journal « LIBERATION » du 2 Mars 2007 et CCNE

jeudi 01 mars 2007  -> Ecrire

échantillon

Quel est la nature du savoir désormais déposé sur Internet ? Ce n’est plus un savoir que l’on détient, c’est un savoir que l’on visite, c’est un savoir que l’on échantillonne. […] Qu’est-ce qu’un savoir qui existe sous cette forme disséminée et fragmentée ?
(Source : Michel Pierssens « Résoyens » du monde Internet – page 92 – Qu’est-ce qu’on ne sait pas ? – Les Rencontres philosophiques de l’UNESCO – Gallimard – 1995)

jeudi 22 février 2007  -> Ecrire

protection

Même si des mesures de protection particulières étaient prises, l’utilisation directe d’un numéro aussi répandu que le NIR(communément appelé numéro de sécurité sociale) comme identifiant de santé et clé d’accès à un dossier médical comprenant des données de santé beaucoup plus complètes que celles conservées dans les fichiers des organismes sociaux est de nature à altérer le lien de confiance entre les professionnels de santé et les patients, ceux-ci pouvant s’interroger sur les risques d’un accès non-contrôlé à leur dossier médical par l’intermédiaire de cet identifiant largement connu.
Source : Communiqué CNIL 20/02/07 – « Quel identifiant pour le secteur de la santé ? La CNIL propose la création d’un numéro spécifique généré a partir du NIR mais anonymisé. »

jeudi 15 février 2007  -> Ecrire

du travail

Pour prétendre faire de l’information, il vous faudrait vérifier si ce que je dis est vrai. Et ça, ça demande du travail…
(Propos de Pierre Carles répondant à un interview titré « L’information, ça demande du travail » dans le supplément de Telerama 2978 – fév. 07)

jeudi 08 février 2007  -> Ecrire

mal-mesure

Certains pensent aujourd’hui pouvoir tout lire de l’identité et de l’avenir d’un enfant par l’étude de son comportement, de la séquence de ses gènes, ou par l’analyse en imagerie de ses activités cérébrales… L’histoire des sciences nous révèle la vanité de tenter de réduire à tel ou tel critère la détermination de l’avenir d’une personne. Une grille de lecture unidimensionnelle constitue une « Mal-mesure » de l’homme.
Source : Avis du CCNE n°95, page 3 – Problèmes éthiques posés par des démarches de prédiction fondées sur la détection de troubles précoces du comportement chez l’enfant -11/01/2007- www.ccne-ethique.fr

jeudi 01 février 2007  -> Ecrire

nouvelle complexité

Un patient n’est pas le même aujourd’hui qu’hier. Il n’est pas non plus une machine qu’on peut réparer en en changeant quelques pièces. […]
La maladie nous semble être quelque chose de très compliqué. Mais, si l’on considère l’organisme dans son entier, la maladie doit être considérée comme une perte de complexité. L’organisme malade perd sa capacité d’autorégulation, réagit de façon plus grossière aux changements extérieurs. La guérison, de son côté, ne consiste pas dans le rétablissement de la situation de départ mais dans la définition d’une nouvelle complexité.

(Extrait de l’interview du Dr Hans Stalder qui a été le patron de la Policlinique de médecine de Genève – Journal Le Temps – 23/1/2007 – http://www.letemps.ch/template/print.asp?article=198661)

jeudi 25 janvier 2007  -> Ecrire

médicale météo

La seconde tempête
Seconde tempête, la biomédecine est obligée d’entrer dans la réflexion bioéthique, parce que, tout d’un coup, se présente au médecin des problèmes nouveaux, difficiles à résoudre. Hier, la déontologie avait fixé les règles et armé le clinicien, il ne pouvait pas hésiter. C’est ainsi qu’il était tenu, quoiqu’il arrive, à l’obligation du secret. Il ne pouvait révéler à quiconque ce qu’il avait observé dans l’exercice de son art. Nous croyons comprendre la raison d’être de cette conduite : « Pas de médecin sans confiance, pas de confiance sans confidence, pas de confidence sans secret ».
[…]
La troisième tempête
La troisième tempête – qui déracine moins que les deux précédentes – vient de ce que la médecine ou plutôt le médecin doit entrer dans une double formation, assez opposées l’une à l’autre.
D’un côté, la techno-science du pathologique, qui ne cesse de s’augmenter et de s’affirmer. […]
D’un autre côté, il nous faut prendre en compte l’intersubjectivité de la relation médecin-malade, à laquelle le jeune soignant n’a jamais été assez préparé. Si cette relation ne doit pas empêcher ou affaiblir la portée des examens physiques, il importe aussi de se préoccuper du malade même.

Source : « Les trois tempêtes » – François Dagognet – Colloque UNESCO 2005 –
(http://agora.qc.ca/colloque/pses2005.nsf/Conferences/Les_trois_tempetes_Francois_Dagognet)

jeudi 18 janvier 2007  -> Ecrire

Vérités

  Première vérité :
Même s’ils visent des fins modestes (permettre l’accès à l’argent déposé par chèque, identifier la source d’un appel) et manipulent des informations rudimentaires (soldes bancaires, numéros de téléphone), les systèmes informatiques concernant les êtres humains sont des dispositifs plus ou moins compliqués devant réussir leur inscription au sein de réalités sociales qui, elles, sont complexes. Et encore trop souvent, la complexité de cet embrayage entre le technique et le social est sous-estimée.
  Seconde vérité :
La seconde vérité est un corollaire de la première. Les plus brillants concepts informatiques échouent s’ils ne se soumettent pas à la réalité. Le développement de solutions appropriées est compromis si les réalités techniques et sociales en présence sont mal documentées. Car, les fantasmes et les métaphores des techniciens peuvent alors aisément prendre le pas sur les faits.
(Source : Quelle démocratie pour quel gouvernement électronique ? Mémoire présenté à la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale du Québec – Consultation sur l’avant-projet de loi – Loi sur la Carte santé du Québec – Pierrot Péladeau, citoyen, Fév 2002.)

jeudi 11 janvier 2007  -> Lire…

co-création

Source : (RED PAPER 01 – HEALTH: Co-creating Services Hilary Cottam and Charles Leadbeater – Design Council Nov 2004 §8 The Future of Public Services page 35)
In the 20th century, public goods were produced by professionals working in dedicated, hierarchical organisations,delivering packets of service to waiting, deferential users: doctors made you better, teachers provided education, police caught criminals.

In the 21st century, public goods and services will be created interactively,through partnerships between professionals and users, and by user collaboratives.These alliances, partnerships and communities will co-create new services.

traduction libre

jeudi 21 décembre 2006  -> Ecrire

Docteur ?

pour quoi faire ?
Dessin original pour idee-s.info de Ayats et Durbec ©2006-12

  -> Ecrire

volatilisé

Le corps et la parole du malade se sont volatilisés ! […] Je pense que le premier geste médical doit être l’examen du malade. Négliger cette étape, c’est livrer le patient aux seules machines. La médecine contemporaine devient une médecine d’arts ménagers…
(Source: Interview dans Telerama 2669 du 9 déc. 2006 de Didier SICARD – son dernier livre « l’alibi éthique » – Ed. Plon – 2006)