idée-s

Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
idée-s
Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
publiées sur
https://www.idee-s.info
jeu

jeudi 2 août 2007

invention

[…] Le seul véritable acte intellectuel, c’est l’invention. La critique est aisée, l’invention est difficile. La critique est un acte de ressentiment. L’invention va de l’avant. Et tant pis pour tous nos prophètes de malheur.

Interview de Michel Serres – Le Point n°1814 – page 72 – 21/6/2007

imprimerimprimer 

Un commentaire »
  1. Michel Serres malgré ses assertions sages, humanistes et généreuses sait avoir la dent dure ! ! mais pourquoi pas ? mais il ne faudrait pas que la posture change selon les médias c’est à dire selon le public.
    Exemple de critique aisée :
    « Nos institutions n’ont pas su prendre et comprendre ce tournant. À partir du Moyen Âge, la philosophie universitaire s’est divisée en deux camps: celui de la tradition et celui de la raison. Au XIIIe siècle, Thomas d’Aquin démontre dans sa Somme théologique que les grandes questions se résolvent de deux manières: par la raison et par la tradition
    L’université américaine a choisi la raison, l’université européenne a préféré la tradition. Les universités sont encore, de ce point de vue, à demi médiévales. La séparation des sciences et des lettres est un artefact universitaire, créé de toute pièce par l’enseignement. Il a été convenu que l’on sait soit du latin, du grec ou de la littérature moderne, soit de la biologie ou de la physique. Mais cette séparation artificielle n’existait ni chez les Grecs, ni chez les Romains, ni même à l’âge classique. Diderot tente, au XVIIIe siècle, de comprendre ce que dit le mathématicien d’Alembert, et Voltaire traduit Newton. L’université a créé l’étrange catégorie d’ignorant cultivé. »
    Michel Serres, Revue de Philosophie n°11 été 2007

    Comment by Gilbert — 2 août 2007 @ 17:36

RSS feed for comments on this post. |

Laissez un commentaire