idée-s

Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
idée-s
Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
publiées sur
https://www.idee-s.info


jeu

jeudi 27 août 2009  -> Ecrire

Dosage

Mais, à l’heure où les scientifiques sont incapables de prévoir quelle sera l’agressivité de ce virus sous sa forme hivernale, le gouvernement devrait peut-être admettre qu’il ne sait pas ou peu et qu’il ne pourra agir correctement qu’une fois qu’il aura tous les éléments en main. En cette période d’incubation et de danger encore virtuel, plutôt que de préparer le terrain pour les discours les plus alarmistes, les pouvoirs publics devraient traiter les Français en adultes et non les placer dans la position de citoyens attendant tout d’un hypothétique Etat thaumaturge. Pour les politiques comme pour les concepteurs de vaccins, aujourd’hui, tout est dans l’art du dosage.
David Barroux, Les Echos – 19/8/2009 – p. 10

jeudi 20 août 2009  -> Ecrire

inconnu

On prétend s’occuper d’un environnement que l’on ne connait pas. Il n’y a pas de cours de botanique. Il n’y a pas de cours d’entomologie, il n’y a rien. On fait de la microbiologie, on travaille sur l’ADN, on fait des OGM. C’est ce qui rapporte, mais pas ce qui permet de comprendre. Je ne crois pas une seconde qu’on soit capable de s’engager dans une régie écologique aujourd’hui. Personne ne sait comment faire. On est au courant du réchauffement, parce qu’il y a beaucoup de médiatisation de cette question. Mais pour le reste, il n’y a même pas le solfège, l’alphabet.
[…]
Q: Vous l’écologiste, vous rejetez le « développement durable ». Expliquez-vous…

Je n’aime pas cette expression. C’est un oxymore issu du langage technocratique qui ne sert qu’à rendre acceptable un développement désastreux.
Gilles Clément – interview 6/8/2009 – Le Point – n°1925 – p 69

jeudi 13 août 2009  -> Ecrire

élucubrations

(sens vieux d’élucubration : travail consacré à un ouvrage de l’esprit, 1594)
[…]
Il est certain que la créativité s’appuie sur le savoir, le savoir faire, sur un esprit critique plus que de critique, sur un discernement sans oeillères, sur la mise à l’épreuve loyale, Oui une entreprise se crée tout autant qu’une oeuvre d’art ?
[…]
Je termine cette sorte d’élucubration en rappelant que tout cela est sous-tendu par la notion de transport, de transfert, d’échange, de mise à l’épreuve du Phorique. On peut rappeler ici que la Percolation se fonde sur l’hétérogène et la diversité,…le glacis, l’ordre de l’uniformité l’ennuient … sérieusement ! ! !

Gilbert François 5/8/2009 Co-fondateur d’idee-s et de la rubrique « jeu d’idées »- Cet extrait d’un de ses tout derniers webdo perco sur son site ‘le percolateur heuristique’ est une invitation à l’élucubration au sens originel du terme. Gilbert nous a quitté Lundi 10 Août 2009 à 73 ans.

jeudi 06 août 2009  -> Ecrire

littoral (2)
Fenêtre sur mer

Fenêtre sur mer © xiligroup 2009-08

  -> Lire…

People

(Digital Maoism: The Hazards of the New Online Collectivism By Jaron Lanier – EDGE 2006)
The beauty of the Internet is that it connects people. The value is in the other people. If we start to believe that the Internet itself is an entity that has something to say, we’re devaluing those people and making ourselves into idiots.

jeudi 30 juillet 2009  -> Commentaires fermés sur littoral

littoral
Césambre, Paramé, Saint-Malo ©xiligroup 2008-9

Césambre, Paramé, Saint-Malo ©xiligroup 2008-9

jeudi 23 juillet 2009  -> Ecrire

chantier ouvert

Ainsi est ouvert un immense chantier d’intelligence collective, y compris pour creuser et approfondir les vides d’une encyclique (**), qui appelle par ailleurs à la poursuite d’une réflexion collective, au dialogue de tous les savoirs avec la foi, en vue d’accomplir « une réflexion nouvelle et approfondie sur le sens de l’économie et de ses fins ». Pour tous ceux qui sont attachés à l’humanisation de l’économie mondiale, la difficulté réside dans l’existence même de principes anthropologiques communs, ayant une dimension universelle.
Jérome Vignon – directeur de la protection sociale et de l’intégration à la Commission européenne – Les Echos 15/7/2009

**Encyclique Caritas in veritate

jeudi 16 juillet 2009  -> Ecrire

intrinsèquement

Le mécanisme du financement à la tarification à l’activité (T2A) porte intrinsèquement des possibilités de dérives au détriment de certaines activités, liées à la prévention, dont le geste technique ne justifie pas un tarif élevé qui serait cependant défendable du fait du temps d’écoute indispensable à y consacrer. Il existe donc un risque de dérive de l’activité dans les hôpitaux au regard des besoins réels de santé de la population et singulièrement des personnes les plus fragiles.
Rapport André FLAJOLET – Mission relative aux disparités territoriales des politiques de prévention sanitaire – Avril 2008

jeudi 09 juillet 2009  -> Ecrire

instituer

En économie ou sur Internet, la figure du pirate réunit de façon étonnante, voire inquiétante, l’esprit libéral et l’aspiration libertaire, tous deux désireux d’un monde liquide, « désinstitué », débarrassé de la contrainte des États « telluriques ». Mais dans un monde liquide, qui protégera les plus faibles  ? La vie humaine n’est pas naturelle, elle doit être instituée et protégée. D’ailleurs, le droit romain, qui se fixe pour but d’« instituer la vie », décrivait le pirate comme « l’ennemi du genre humain ».
Dominique Weber, philosophe, interviewé par Ecrans.fr – Juillet 2009

jeudi 02 juillet 2009  -> Ecrire

Pédagogie

« Depuis qu’Internet intervient dans la relation thérapeutique, nous sommes obligés de faire de gros efforts de pédagogie et de patience. Je trouve normal que les patients s’informent, mais tout est une question de dosage. Certains patients internautes nous demandent de confirmer des diagnostics parfois complètement farfelus. Il faut passer du temps ensuite à réexpliquer, à rassurer et à faire comprendre que nous sommes des professionnels de santé : nous sommes là pour leur apporter une réponse particulière, pas une réflexion générale sur la maladie. De plus, il est impossible de faire une consultation en ligne. Il ne suffit pas de répondre à un questionnaire et d’évaluer des réponses. L’appréciation d’un individu se fait en face-à-face, dans sa globalité. L’annonce d’un diagnostic est toujours délicate, cela suppose d’avoir un peu d’humanité. Le risque est grand, sinon, que l’internaute potentiellement malade reste dans sa solitude, avec son mal-être. »
Martial Olivier-Koehret – MG-France – interviewé par La Croix – 27-04-2009

jeudi 25 juin 2009  -> Ecrire

estimation

Les prestations publiques de santé sont à l’heure actuelle principalement évaluées en volume, sur la base des moyens accordés à leur réalisation ; qualité et efficacité n’apparaissent que comme des critères secondaires. Le nombre d’infirmières renseigne par exemple sur le volume de soins médicaux, avant même que ne soit estimée la qualité des soins proposés.
Les experts de la Commission présidée par Stiglitz soulignent le caractère limité de cette méthode de mesure : si la qualité des soins médicaux s’améliore sans se traduire par une augmentation du volume, la richesse s’accroît sans que cela ne soit bien enregistré. En outre, ne quantifier que les moyens mobilisés perturbe les comparaisons entre les pays dès lors que l’efficacité des prestations de santé varie de l’un à l’autre.

Domitille Desforges (RCE) – Comment prendre en compte la santé dans la mesure de la richesse ? p43 – Regards croisés sur l’économie n° 5 – 2009 © La Découverte

jeudi 18 juin 2009  -> Ecrire

Théorie

« La théorie économique ne fournit pas un ensemble de conclusions bien établies immédiatement applicables à la politique. C’est une méthode, plus qu’une doctrine, un appareil de l’esprit qui aide celui qui le possède à tirer les bonnes conclusions » (Keynes). Cette méthode part d’un constat : celui de la rareté des ressources – y compris du temps. Comme nos ressources sont rares, il faut penser à les allouer de la manière la plus efficace possible – c’est-à-dire de la façon qui satisfasse au mieux les désirs humains. Dans certains cas, les mécanismes de marché permettent d’atteindre cette efficacité. Mais pas dans le domaine de la santé, car les patients « consomment » un service dont la qualité ne leur est pas connue, et qu’ils ne payent pas directement.
Regards croisés sur l’économie – 2009/1 – N° 5 – pages 6 à 7