idée-s

Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
idée-s
Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
publiées sur
https://www.idee-s.info

22 octobre 2009

De part et d’autre (https://www.idee-s.info/607/de-part-et-dautre/)

Cet article est classé dans Actual-idée, Santé, Système — Auteur :

Pourquoi « de part et d’autre » ? Que ce soit une frontière naturelle, un océan, une mer, un lac ou une simple ligne sur la carte, il parait toujours intéressant de jeter un oeil chez son voisin même lointain surtout s’il parle la même langue. Dans cette « actual-idée », deux publications ont attiré l’attention : 1- Au […]

Pourquoi « de part et d’autre » ? Que ce soit une frontière naturelle, un océan, une mer, un lac ou une simple ligne sur la carte, il parait toujours intéressant de jeter un oeil chez son voisin même lointain surtout s’il parle la même langue.
Dans cette « actual-idée », deux publications ont attiré l’attention :

1- Au delà de l’Atlantique, l’organisme Inforoute Santé qui anime depuis 2002 les projets de dossiers de santé publie un communiqué à la suite de son contrôle par le Bureau de Vérification. « Bien que nous ne puissions discuter des éléments contenus dans le rapport du vérificateur général avant qu’il ne soit déposé officiellement, nous croyons que le document rassurera les Canadiens sur la façon dont les fonds investis serviront leurs intérêts », affirme H. Arnold Steinberg, président du conseil d’administration d’Inforoute.

Inforoute est une organisation sans but lucratif, qui collabore avec les provinces et les territoires, les prestateurs de soins de santé et les fournisseurs de solutions technologiques, pour accélérer l’utilisation des dossiers de santé électroniques (DSE) au Canada.

Quel contraste avec le rapport de la Cour des Comptes en France consacré au GIP DMP (page 135 du rapport publié en février 2009) où on peut lire en introduction : La Cour a contrôlé les comptes et la gestion du groupement d’intérêt public « Dossier médical personnel » (GIP DMP) au moment où les pouvoirs publics prenaient enfin conscience de l’irréalisme du projet et décidaient d’attendre le résultat de missions d’enquête avant de le relancer. Cette relance sera confiée à une nouvelle agence des systèmes d’information de santé partagés (ASIP).[…]Le présent chapitre est consacré à la gestion non pas du projet de DMP, dont la Cour a déjà rendu compte64, mais du GIP lui-même, dont le dimensionnement et les moyens n’ont jamais été à la hauteur des ambitions qui lui étaient confiées.

Ce qui est intéressant, c’est de lire année par année des rapports annuels et plan d’affaires d’inforoute Santé. D’un côté un état centralisateur, de l’autre un pays plus récent avec des provinces très variées, une vraie incitation à élargir un regard et une écoute.

2- Au delà du Léman : En France, la nouvelle agence ASIP Santé (qui succède au GIP-DMP) lance un nouvel appel d’offres « hébergeur » qui sera seul et qui devra tirer les leçons des expérimentations précédentes… (qui devaient aboutir en 2009).
En Suisse, qui a débuté son projet e-Health en 2006 avec un objectif 2015. On parle ces jours-ci (article du Temps) d’accélération. En effet, la nouvelle carte d’assuré a pris un an de retard pour être mis en place courant 2010 comme l’indique le site officiel.

• • •
 

imprimerimprimer 

Pas de commentaire »

TrackBack URI

Laissez un commentaire