idée-s

Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
idée-s
Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
publiées sur
https://www.idee-s.info
jeu

jeudi 19 novembre 2009

panopticon

On a beaucoup parlé de la manière dont Internet a créé un panopticon numérique, un espace dans lequel nous sommes constamment sous le regard des autres. L’idée du panopticon était de créer une prison dans laquelle les prisonniers ne sauraient pas qu’ils sont regardés en permanence, mais devraient se comporter en fonction, même si personne ne les regardait dans les faits. La mémoire numérique crée une version bien plus menaçante. Parce qu’elle permet de conserver et éviter l’oubli humain, nous serons capables de retrouver ce que d’aucuns auront dit ou fait il y a des mois, des années, des décennies de cela. La mémoire numérique crée un panopticon temporel, dans lequel nous devons prendre en compte le fait que non seulement nous sommes observés, mais que les générations futures pourront observer ce que nous sommes en train de faire. Avec pour résultat éventuel, un état terrible d’autocensure, un désengagement des affaires publiques, la peur que ces informations numériques soient brandies contre nous dix ans plus tard, lorsqu’on cherchera un emploi ou demandera un prêt bancaire… Or, c’est seulement en laissant le passé derrière nous que nous pouvons vivre et agir dans le présent, accepter le changement et la capacité des individus et de la société à évoluer dans le temps. La mémoire numérique risque de détériorer cette capacité, et donc notre capacité de décider, agir et évoluer.

Viktor Mayer-Schönberger – interview Ecrans – Novembre 2009

imprimerimprimer 

Pas de commentaire »

TrackBack URI

Laissez un commentaire