idée-s

Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
idée-s
Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
publiées sur
https://www.idee-s.info
jeu

jeudi 26 juin 2008

médecine

Mais, promouvoir une médecine de l’incurable ne doit pas se limiter à l’organisation des soins au sein des seuls services. Entre les établissements et les secteurs institutionnels, les trajectoires de maladie doivent éviter les ruptures et les incohérences, condition indispensable pour déployer des pratiques en adéquation avec la qualité de la vie quotidienne. Là aussi, il faudrait contribuer à reconfigurer les relations entre professionnels, en particulier entre l’hôpital et la médecine de ville, comme ont commencé à le faire, de façon plus ou moins formalisée, certains « réseaux de soins » dans le domaine des maladies chroniques, en gériatrie ou en soins palliatifs.
Jean-Christophe Mino, Marie-odile Frattini, Emmanuel Fournier – Pour une médecine de l’incurable – Revue Études – Juin 2008 – n° 4086

imprimerimprimer 

Un commentaire »
  1. Autre extrait :

    C’est donc la manière de décider et la manière de faire selon certains buts qui caractérisent cette forme de médecine, et non la nature des interventions effectuées. En ce sens, la médecine de l’incurable ne se résume pas à l’administration d’un traitement symptomatique, elle n’est pas un antonyme du curatif ; elle s’appuie sur un modèle de soins qui réagence la place des traitements curatifs dans la prise en charge.

    Comment by contact — 26 juin 2008 @ 8:31

RSS feed for comments on this post. | TrackBack URI

Laissez un commentaire