idée-s

Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
idée-s
Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
publiées sur
https://www.idee-s.info

18 mai 2008

Victimes ! (https://www.idee-s.info/225/victimes/)

Cet article est classé dans Actual-idée, Humeurs, Système avec mots clés , , — Auteur :

La sortie du rapport annuel de la CNIL donne à nouveau l’occasion de réfléchir sur notre perception de l’évolution des faits autour des usages de l’informatique.

Ce matin, avant d’aller au marché, je gare ma voiture non loin d’un porche. A l’entrée de l’immeuble, une plaque de cuivre indique « Mme M. Psychologue, Victimologue.  Sur Rendez-vous Tél : 0….« . Quel métier ? Quel client ?. 

Hier, à la gare, je ramasse un gratuit et en page 11 un titre : « Des codes-barres pour les victimes » L’article évoque le projet « Sinus » mis en branle lors d’un attentat qui dote chaque victime d’un bracelet code-barre « très résistant » et qui permet « d’enregistrer des informations sur l’état de la victime dans une base de données hébergée sur le Web ». Cette collecte d’information permettrait rapidement un bilan et de communiquer avec les familles.
Source : (Exercice SINUS (Système d’Information Numérique Standardisé), de suivi des victimes en cas de crise majeure)

Ce soir, tous les sites d’information en ligne résument le communiqué de presse de la CNIL (Dossier de presse) qui vient de mettre en ligne son rapport annuel 2007 (28e rapport annuel édition 2008) . Pour introduire ce communiqué, sous le titre « Ça la fiche mal ! Histoires vécues » , « la CNIL présente des histoires vécues par des personnes qui ont rencontré des difficultés à défendre leurs droits et que la CNIL a aidés. Elle entend ainsi, au travers d’histoires vraies, mieux faire connaître les droits à la protection des données personnelles. » En quelque sorte des personnes victimes du fichage et surtout de l’usage malheureux des fichages et de la vidéo-surveillance. En ce qui concerne la Santé et l’hôpital, la CNIL cite dans son rapport les problèmes de sécurité des fichiers dans le projet DMP (p. 64-67) et dans les établissements visités (p. 66) et  les autorisations qu’elle a donné pour les réseaux ville-hôpital (p. 102, 111, 121).

La mise en perspective de ces trois évènements provoque un regard singulier sur l’inéluctable présence de l’information automatique (informatique) et redonne du sens à la phrase en exergue du site de la CNIL : « L’informatique doit respecter l’identité humaine, les droits de l’homme, la vie privée et les libertés ».
La question posée aux adolescents dans le cadre d’une campagne CNIL avec Internet Sans Crainte :
Diffusion des données personnelles sur internet : où est le problème ? 
est plus qu’urgente à l’heure des blogs, des sites sociaux et communautaires objet d’enjeux financiers et publicitaires.

Cette question n’est-elle pas aussi posée à tous si l’on ne veut se blottir dans le statut de victime ?

M.S 17/5/2008

• • •
 

imprimerimprimer 

Pas de commentaire »

TrackBack URI

Laissez un commentaire