idée-s

Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
idée-s
Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
publiées sur
http://www.idee-s.info


jeu

12 septembre 2013 
1998 : Archives sur la « sécu » => o

 

(Gilles Johanet dans Sécurité Sociale : L’échec et le défi – Seuil 1998 pages 16 & 48)
En cinquante ans, le taux de cotisation d’assurance maladie a été multiplié par plus de deux (de 10,5% sur une partie du salaire plafonnée à 19,6% sur toute le salaire). […] Le remboursement des soins de ville est passé de 80% à 65%.
Grandes ou petites, les réformes échouent et même aggravent la situation parce que, limitées à un élément de la chaîne des soins qu’elles mettent sous pression, elles déportent les dérapages sur les autres éléments du système.

07 juillet 2008 
1983 : Plan d’organisation informatisé => o

 

Le plan d’informatisation, appelé naguère plan informatique devrait être dénommé, en fait, plan d’organisation informatisé (POI). Faut-il rappeler que l’informatisation n’est qu’un sous-ensemble d’une réorganisation ? Avant de parler des outils, il faut consigner dans un rapport les objectifs à atteindre, le « design » de l’organisation future, sous ses différents aspects, puis planifier et chiffrer l’ensemble.
Philippe Jaguenaud – Revue Temps Réel – 28/11/1983 p.37

27 décembre 2007 
1977 : Vigile => o

 

Sans défiler, bannière au vent, avec les écologues affolés, le médecin écoute les ingénieurs qui affirment que la machine ne fait courir à l’Homme aucun risque, et il les trouve parfois trop sûr d’eux. Sa position est entre celle, trop angoissée, des premiers, et celle, trop tranquille des seconds. Sans s’affoler ni affoler, il demeure et demeurera vigilant.

Georges Mathé – Dossier Cancer – Page 181 – Ed. Stock 1977.

02 décembre 2007 
XXe : in vino veritas : info d’avant les écrans => 1

 

Merci à Gilbert pour ses trouvailles sur la communication médicale de l’époque où les réclames et les tableaux faisaient lieu d’écran.
Les prescriptions médicinales des vins

Citation de Pasteur :
Carte routière

A proximité de la période des fêtes, ouvrons l’oeil !

idée-s – 2/12/2007

29 novembre 2007 
1993 : Professionnels => o

 

Vous aurez à subir ce phénomène […], l’effondrement des médecins sous les coups d’une catégorie rivale : les administrateurs. Or, socialement, les médecins sont des professionnels utiles. Ce ne sont pas des scientifiques, même si la science leur a apporté et leur apportera toujours beaucoup. Ce ne sont pas des philosophes ni des puits de vérité. Ce sont des médecins. Individus imparfaits dans leurs connaissances comme dans leur pratique,…
Jean-Paul Escande – Lettre ouvertes aux technocrates qui prennent l’hôpital pour une usine – p. 183 – Ed. Albin Michel 1993

18 octobre 2007 
1981 : … la chasse à l’homme est engagée. (2007 : Techno-Genèse…) => 1

 

des robots et des hommes Dessin de Plantu.

Illustration parue dans le supplément du Monde d’octobre 1981- page 123 – Reproduite ici avec l’aimable autorisation de Plantu.

16 ans après, Gilbert nous propose une lecture du dessin avec ses yeux d’aujourd’hui :

La techno-genèse. Être ? Y a-t-il une consistance entre la subsistance et le désistement ?

L’origine de l’Homme est sans doute dans cette lente émergence de la Vie. Il y a 4 millions d’années dans le règne animal apparaissait l’Australopithèque, Quatre millions d’années de sélection, d’adaptation, d’élimination, de mutation, de complexification, puis l’acculturation technologique prenant le relais du Biologique, l’Homo-sapiens émerge d’un monde hostile qu’il conviendra de domestiquer, là est le commencement.
L’Homme naissant que Plantu campe et qu’il dote d’une fière assurance, d’une auto-satisfaction plastronnante (dont il ne se départira pas au long de ces 6 époques, tant cette vanité est ontologique ! ). En cette première époque, pour cet Homme, il faut d’ abord SUBSISTER, la technique lui fournit ses premières prothèses : le feu, le vêtement, l’outil et l’arme.
La 2ème époque fut celle des découvertes, des inventions mues par une curiosité du monde et une avidité de connaissance insatiables, Il se doit d’ INSISTER dans sa quête, son questionnement du monde.
En cette 3ème époque riche de sa science il peut enfin PERSISTER dans sa création technique (et dans son auto-satisfaction ! ) et la consacrer à l’individu, à son autonomie, sa liberté, son bien-être…son bonheur.
Au 20ème siècle, après deux guerres qui ont mobilisé et dynamisé toute la Science et la Technique en un révolution électronique, électromagnétique, calculatrice, numérique, biologique, nucléaire,.. et ouvert des champs nouveaux tels la conquête de l’espace et l’intelligence artificielle. Tout se passe (époques 4 et 5) comme si l’humanité, ne pouvant RÉSISTER à cette pression de la techno-science, se résignait à ASSISTER à son spectacle entre ces deux extrêmes de la conquête spatiale et de l’ordinateur personnel.
Pointant la complexité de l’Histoire et de l’Évolution le philosophe Bernard Stiegler prétend que l’Homme CONSISTE plus qu’il n’EXISTE . Hélas dans l’époque 6, Plantu nous montre l’Homme qui renonce « à être » par une sorte de mimétisme servile, la confusion des mémoires, une intégration à la machine, un homme qui se DÉSISTE, sans être conscient de sa démission car il conserve sa suffisance et sa posture satisfaite.

Gilbert François – Oct. 2007

07 octobre 2007 
Octobre 1981 : La guerre des banques de données => 1

 

Logique technocratique des appareils d’Etat et logique commerciale des industriels de l’information se conjuguent pour coloniser la vie domestique, médiatiser un peu plus les communications entre les individus. Tel est le double enjeu de la guerre des données : la conquête des marchés y est aussi incursion sur le terrain de la pensée et des relations sociales.
Antoine Lefebvre et Maurice Ronai – « La société française en mouvement » – Supplément aux dossiers et documents du MONDE – page 115 – Octobre 1981 –

30 août 2007 
Mars 1994 : Ils le croient encore… => 1

 

Saving IT’s Soul: Human-Centered Information Management – Thomas H. Davenport – Harward Business Review p119-131 – March-April 1994
[…] Too many managers still believe that once the right technology is in place, appropriate information sharing will follow.
[…] Information managers must begin by thinking about how people use information, not how people use machines.
[…] Valuable tools are still just tools; new technologies alone won’t change anyone’s behavior.

01 mars 2007 
1995 : échantillon => o

 

Quel est la nature du savoir désormais déposé sur Internet ? Ce n’est plus un savoir que l’on détient, c’est un savoir que l’on visite, c’est un savoir que l’on échantillonne. […] Qu’est-ce qu’un savoir qui existe sous cette forme disséminée et fragmentée ?
(Source : Michel Pierssens « Résoyens » du monde Internet – page 92 – Qu’est-ce qu’on ne sait pas ? – Les Rencontres philosophiques de l’UNESCO – Gallimard – 1995)

23 novembre 2006 
1999 : baroque => 1

 

Source: « Internet : Interface baroque » par Gérard Chazal, page 66 – Penser les réseaux – Ed. Champ Vallon – 1999
Autrement dit, consulter Internet c’est projeter sur l’espace réticulaire une arborescence. Il s’agit donc d’apprendre non plus à suivre des voies académiquement tracées mais à créer, chacun d’entre nous, ses propres arborescences d’accès. L’encyclopédie n’est plus un espace donné mais un espace perpétuellement reconstruit par chaque utilisateur.

28 septembre 2006 
1976 : Ecologie => o

 

(Jean Trémolières – Cahiers de Nutrition et de Diététique 1976)
La contamination de l’information est une des pollutions les plus dangereuses de l’environnement socio-économique et il faudrait s’en occuper activement.