idée-s

Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
idée-s
Contributions sur les systèmes d’information et le réseautage dans la Santé.
publiées sur
http://www.idee-s.info

2 août 2016

Livre : Le deuil – Entre le chagrin et le néant (http://www.idee-s.info/1290/livre-le-deuil-entre-le-chagrin-et-le-neant/)

Cet article est classé dans Fiches de lecture avec mots clés — Auteur :

par Vincent Delacroix, Philippe Forest – Leur conversation part d’une colère commune contre l’expression galvaudée “ faire son deuil ”.

Le deuil – Entre le chagrin et le néant – Vincent Delacroix, Philippe Forest – Editions Philosophie – Oct. 2015

Pourquoi évoquer un tel livre de dialogue sur idée-s.info ?
Leur conversation part d’une colère commune contre l’expression galvaudée “ faire son deuil ”. En trois conversations regroupant 8 chapitres, les deux auteurs évoquent – La perte : épreuve du réel, Mythes et religions – une pratique de la fin, Philosophie et littérature – Sauver ce qui est perdu. Le deuil est abordé sous les angles de la philosophie, la religion et la littérature.
Quand est-il dans l’espace numérique ? Dans mon enfance, à la mort de quelqu’un dans une maison, celle-ci était recouverte de tentures noires bien visibles dans la rue. Les faire-parts dans des enveloppes aux bords noirs d’autrefois sont aujourd’hui remplacés par des messages SMS, courriels et page internet « automatique » liée à l’annonce passée dans le journal local. Bien pratique quand on est à l’autre bout de la France donc non lecteur de ce dit-journal. Les pratiquants des réseaux sociaux ouvrent aussi des mémoriaux. Et l’émotion dans tout cela lors d’un échange via une visioconférence entre le France et le fils au Japon sans que les corps puissent s’enlacer ?
Les dernières lignes de Vincent Delecroix résument la largeur et la profondeur de leur dialogue sur 153 pages. Sans citer ces lignes dans leur intégralité : J’aime « chagrin » parce que c’est un mot d’enfance. Il désigne pour moi la vérité du deuil, car ce qui caractérise le chagrin enfantin est précisément d’être, si l’on peut dire, momentanément inconsolable : immédiatement vertigineux et absolument sourd, radical.

Michel S.

• • •
 

imprimerimprimer 

Pas de commentaire »

TrackBack URI

Laissez un commentaire